Le boum de la prise de commandes ouvre la voie de l'optimisme

 

Le 15 septembre 2015, Berlingske Business a interviewé le PDG, M. Stig Due :  

le sondage couvrant 187 hauts dirigeants danois montre une progression et un optimisme différents parmi les plus grandes sociétés danoises

COMMISSION DES HAUTS DIRIGEANTS DANOIS
Hausse du chiffre d'affaires, nouvelles commandes en nombre et bénéfices plus élevés. L'optimisme domine désormais au sein des plus grandes sociétés danoises et la plupart d'entre elles ont maintenant de meilleurs délais en vue. Un grand nombre d'entre eux prévoient de nouvelles embauches et des niveaux supérieurs d'investissement dans les machines et bâtiments, alors qu'un nombre plus élevé qu'avant prévoit de dépenser plus d'argent dans le service R&D et le développement de nouveaux produits. 187 hauts dirigeants danois ont participé à un sondage, et un pourcentage ahurissant de 48 % s'attend à des ventes accrues et à un chiffre d'affaires plus élevé.

Stig Due, PDG de C.C.JENSEN A/S, est également optimiste. L'entreprise est leader du marché dans la fabrication de filtres à huile destinés au nettoyage de l'huile dans les éoliennes, navires et autres industries. Cette année seulement les ventes ont augmenté de 15 %.

« C'est plus que ce que nous attendions et notre croissance n'est pas seulement liée aux ventes nationales, mais à l'exportation qui représente 85 % des revenus globaux », a indiqué Stig Due.

Le vent en poupe chez nous et à l'étranger
L'entreprise familiale C.C.JENSEN, basée à Svendborg, sur l'île de Fionie, a le vent en poupe depuis quelques années. Le nombre d'employés est de 300 et le chiffre d'affaires a atteint 47 millions d'euros. Une partie de la croissance peut s'expliquer par l'augmentation du taux de change du dollar américain au cours des 12 dernières années. Cette augmentation a rendu les produits danois plus compétitifs aux États-Unis.

« Mais cela n'explique pas tout » a dit Stig Due, puis a continué : « Notre croissance est basée sur plusieurs pays tels que les Pays-Bas, le Royaume-Uni, l'Espagne et l'Allemagne. Nos produits permettent à nos clients de réaliser des économies, c'est pourquoi ils les voient comme un investissement, et ce, même avec nos bas prix de carburant actuels. »

Certains marchés ont encore un certain retard, spécialement la Chine et la Grèce, mais pas au point d'affecter la vision globale. La croissance a déjà mené à de nouveaux recrutements au sein de l'entreprise ;

« Nous avons déjà recruté trois soudeurs supplémentaires, et même si l'on ne peut pas se prononcer sur le futur, il est juste de dire que si nous pouvons tenir la cadence alors nous aurons obligatoirement besoin de plus d'employés. » a conclu Stig Due.

____________________
Article dans Berlingske Business
Mardi 15 septembre 2015